4 oct 14 : Femmes et hommes : quelle nouvelle alliance possible ?

PauleS5bLeleu2Conférence par Paule Salomon et Gérard Leleu, Louvain-la-Neuve – Accédez à la vidéo et à la synthèse …

 

 

 

Une femme d’expérience et un homme d’expérience ont été présents pour donner leur regard sur l’alliance possible entre les femmes et les hommes et répondre à nos interrogations.

Vidéo des deux conférences

Paule Salomon  


 

Gérard Leleu


 

Synthèse de la conférence de Gérard Leleu

Rédigée par Geneviève Deschuyteneer

Les relations femmes/hommes passent par une phase critique.

Dans l’histoire de la relation homme/femme : 3 phases

-        Matriarcat (déesse mère toute puissante)

-        Patriarcat

-        Aujourd’hui, on sort du patriarcat, on cherche une nouvelle forme de relation

Au cours de la préhistoire, division du travail : la femme reste au gîte pour assurer la survie de l’espèce. Fondamentalement, rien n’a changé.

Au niveau de la création du couple : on se choisit à  présent.

Lorsque l’homme a commencé à se mettre debout, l’homme et la femme se sont regardés. (pérénisation du couple). Le désir est permanent et il renforce le couple.

La « désirabilité » s’est installée : importance de la main, de la caresse.

Aujourd’hui, les hommes nouveaux caressent par amour (caresse gratuite).

Le matriarcat : la femme est considérée comme la déesse mère

La femme est au gîte et s’occupe d’élevage, culture, poterie, tissage…

La femme est détentrice de plusieurs pouvoirs.
Elle a le pouvoir de donner la vie, pouvoir considéré comme surnaturel car il n’y a pas de lien entre l’acte sexuel et la grossesse.

Elle a un pouvoir de prophétie.
Elle a un pouvoir érotique : pouvoir d’attraction, d’ivresse, d’attachement .

Le patriarcat : l’homme prend le pouvoir et la femme devient dépendante

L’homme découvre son rôle dans la procréation : son sperme permet d’engendrer la vie.

L’homme a le rôle de rétablir l’ordre : accroissement de la population.

Sa force physique est nécessaire : invention de l’agriculture.

Les femmes sont exclues de la justice, de l’éducation : elles ont un statut inférieur, comme les enfants ou les esclaves.

Invention du mariage : la femme est soumise à l’homme. Les femmes sont réparties entre les hommes. L’homme transmet son nom et son patrimoine.

La fidélite est imposée. Sinon punitions cruelles envers les fesmmes infidèles : lapidation, bûcher.

Répression de la sexualité : mutilation, excision…

Dévalorisation de la femme : la femme doit être fragile

Culpabilisation de la femme via les religions : la femme est coupable du pécher originel

Les hommes ont peur des femmes.

-        Peur d’autrefois : la femme donne la vie et l’homme est en dehors du coup.

-        Puissance sexuelle de la femme.

-        Peur d’être épuisé et de ne pas tenir leur rôle de chasseur, constructeur.

-        Peur de ne pas satisfaire les demandes

-        Peur de l’amour : l’homme a une « maîtresse » : il est possédé – femme fatale.

-        Peur de perdre ses avantages

-        Peur de la différence

Guerre des sexes : chasse aux sorcières

Excision. Au 19ème siècle, les médecins ont pris le relais du clergé.

Jésus est un grand féministe : langage d’amour.

Au fil des siècles, la femme a dû renoncer à sa part masculine et l’homme a dû renoncer à sa part féminine.

Qu’est-ce qu’un homme nouveau ?

L’homme nouveau est un père nouveau. Il est important qu’il soit présent dès la grossesse auprès de la femme, qu’il s’occupe du bébé, le lange…

Il est important que l’homme fréquente des groupes d’hommes.

L’homme nouveau est un homme qui fait le mariage intérieur entre son animus et son anima. En fonction des circonstances, il adapte sa position animus (jouer au rugby) et sa position anima (langer le bébé).

Alors que l’homme ancien considère la femme comme un être inférieur qu’il faut dominer et comme  un être dont il a peur, l’homme nouveau considère la femme comme une égale avec laquelle il faut s’allier. Il devient un entraîneur, un libérateur.

L’homme ancien/traditionnel est cruel, belliqueux, combatif.

L’homme nouveau utilise son agressivité pour la tranformer en courage.

L’homme nouveau assume sa sensibilité et est dans ses émotions. Il aime communiquer et échanger.

Aujourd’hui, libération de la sexualité. L’homme est comme un dieu et la femme comme une déesse. Faire l’amour, c’est s’élever (acte spirituel).

Pour être un homme nouveau : dosage difficile

Etre viril                      et non macho

Etre sécurisant            et non dominant

Etre tendre                  et non mou

Etre féminin                et non efféminé

Etre protecteur et non inquisiteur

Etre vulnérable           et non fragile

Etre sensible               et non dans la sensiblerie

 

Synthèse de la conférence de Paule Salomon

Rédigée par Geneviève Deschuyteneer

Comment ça se joue et se rejoue dans ma vie ? Nous rejouons des scénarios anciens et nous en jouons des nouveaux.

La relation homme/femme s’appuie sur un déroulement historique. Il y a des blessures historiques et collectives qui entravent la relation homme/femme.

1. Phase du matriarcat : archétype du fils amant. Relation fusionnelle avec la mère : à travailler (c’est englobant, destabilisant). C’est très profond. Il est important de s’en détacher (fascination).

2. Phase du patriarcat : domination masculine, soumission de la femme. Prise de pouvoir.

3. Phase de révolte/conflit/tyrannie/guerre.

4. Phase éclairée : on s’informe, on veut grandir (mental). Il est plus facile de dire que de faire. On sait des choses mais on n’a pas encore le pouvoir d’écarter les obstacles, sauf si on fait un travail sur soi.

Le danger est que chacun se cristallise dans sa différence.

Chacun va développer sa conscience, ne plus accuser l’autre. Chacun revendique sa liberté.

Accepter son ombre. Equilibrer son masculin et son féminin.
La spiritualité nous appelle de la pesanteur à la grâce : quelqu’un nous cherche.

L’alliance homme/femme n’est possible que si on chevauche une spirale d’évolution.

5. Phase complémentaire intérieure : Féminin/Masculin et Masculin/Féminin.

On cherche sa complétude personnelle autant qu’on cherche l’autre. « Avec toi et sans toi ». « Etre bien seul et avec toi ».

Symbôle Masculin/Féminin : symbôle Coupe/épée : échange fécondant et enrichissant.

L’homme intègre le féminin à travers la coupe. La femme intègre le masculin à travers l’épée.

Enjeu du couple : la femme nourrit son masculin avec les qualités de l’homme qui est avec elle et l’homme nourrit son féminin avec les qualités de la femme qui est avec lui.

Sortir de la différence, de l’exclusion. L’homme et la femme ont du masculin et du féminin.

L’amour romantique complémentaire : se nourrit du manque (je te désire et je te dévore)

Animus (agir) et Anima (goûter, accueillir, jouir) : Chaque partie est appelée à l’autre partie. Ne pas confondre l’anima avec la femme réelle. (au début, les deux se superposent).

La nouvelle alliance passe par la sororité : cercles de femmes : goûter à la subtilité de ces cercles. Elles rendent les femmes plus aimantes pour les hommes.

6. Phase androgyne : solaire/lunaire et lunaire/solaire.

Pratique verticalisée : 2 personnes deviennent solitaires/solidaires. Elles se donnent du pouvoir l’une à l’autre.

« Viens, vas vers toi » : « Viens » = je n’ai pas peur de ton fusionnel. « Vas vers toi » = N’aie pas peur de prendre ton envol.

Couple solaire/lunaire : notre horizon, notre chance. Bonheur de la fraternité – créativité solaire, réceptivité lunaire.

7. Sagesse-éveil : couple éveillé dans la rencontre des corps et des âmes. Elévation des centres d’énergie. Aller vers l’autre et revenir vers soi. Plus on s’approche de la lumière, plus on rencontre son ombre.

Le suc, la sève de la vie : être tellement nu, vibrant, respirant.

Importance du travail sur le corps pour revenir à soi : se centrer plusieurs fois par jour, respirer (intériorisation par la respiration)… pour récupérer sa nature profonde, sa joie du coeur, pour soigner ses blessures.

Aller jusqu’au bout de soi-même. Le sexe est la porte de l’amour et l’amour est la porte de la réalisation intérieure.

Etre médiateur l’un de l’autre. Quel est l’être qui me fait grandir, m’envoie une résonnance intérieure ?

Certains ont un secret pour moi. Ils peuvent m’apporter une révélation.

Dans la rencontre amoureuse, chercher Dieu, porte de l’infini,

L’admiration mobilise la femme dans l’amour. Elle cherche Dieu.

Dimension de l’unité, la voie du milieu : sortir de la dualité, facteur de conflit.

Ne pas se copier : nécessité d’un changement radical.

Annonce initiale de la conférence

PauleS5b

De Paule Salomon : Une nouvelle vision du couple, du masculin /féminin et de leur interaction apparaît dans les propos et les écrits.

Après avoir subi pendant des siècles un fusionnel englobant, une domination conjuguée d’une soumission, une exploitation qui s’exaspérait en conflit, les hommes et les femmes réajustent leur différence, prennent conscience du parcours de transformation qui peu à peu les libèrent. D’abord enchaînés l’un à l’autre par la reproduction, ils apprennent à se respecter, à co-créer, collaborer pour avancer sur le chemin de leur autonomie et de leur androgynat. Evoluer et grandir ensemble consiste à se donner du pouvoir et de la liberté l’un à l’autre.

Sortis de la disette affective on s’achemine vers une générosité mutuelle. Le masculin des hommes est enrichi par le masculin des femmes, par leur interprétation de la virilité, le féminin des femmes est redimensionné par la sensibilité des hommes. Cet échange est particulièrement visible dans l’amitié, la sensualité et la sexualité d’inspiration tantrique ou taoïste.

Philosophe et psychothérapeute, Paule Salomon a publié une douzaine de livres dont La Femme solaire (1992), La Sainte Folie du couple (1994), Les hommes se transforment (1999). Elle enseigne le développement personnel et propose une voie du cœur, un art de l’être et un art d’aimer, enracinés dans la sagesse du corps.

_______________________________________________________

Leleu2De Gérard Leleu « L’Histoire a un rôle thérapeutique » écrivait le grand historien Flandrin, sans doute englobait-il la Préhistoire. Car dans la vaste cosmogonie des relations entre la femme et l’homme tout s’est posé dés lors : l’apparition de « l’homo eroticus », la prématurité du petit humain donc la nécessité du couple et la division du travail, le rôle « divin » de la femme et par conséquent la peur de l’homme et sa répression de la femme durant des millénaires jusqu’à multiplier les tentatives de sexocide réel ou institutionnel.
Sortir du patriarcat c’est plus qu’un changement de paradigme c’est un changement de civilisation et la seule façon pour homo sapiens sapiens d’échapper à sa disparition annoncée. L’homme nouveau participera au sauvetage de notre espèce : il s’agit de transformer le prédateur le plus cruel qui ait existé, trop souvent livré à son instinct agressif en homme sage plus que savant.
L’homme nouveau est un homme qui s’affirme dans ce qu’on considère comme masculinité – sa force, son goût de l’action, sa rationalité – sans renier sa sensibilité, sa sensualité, son intuition, son intimité autant de « valeurs » considérées comme féminines.

Le Dr Gérard Leleu est médecin, sexologue et thérapeute de couple. Il est aussi l’auteur de plus de vingt ouvrages sur l’amour et la sexualité dont le très connu Traité des caresses. Il a créé l’Association Française pour la réconciliation et l’alliance des femmes et des hommes.

_______________________________________________________

 

Les réservations ont été assurées par notre partenaire via ce lien Maison de l’écologie – Namur 

La_maison_de_l_ecologie

 

 

 

Tous les partenaires