Le Week-End « Exploration d’une alliance Femmes-Hommes »

Présentation en 2′ de l’essentiel de cette expérience novatrice [extrait de la présentation du projet lors de la conférence de Carolle et Serge Vidal-Graf]


Prendre connaissance des résultats de ce week-end.

Tous les partenaires

 

 

Logo AVEC personnages raboté

Voici l’approche méthodologique qui fut appliquée durant le week-end :

Introduction

Le résultat concret de ce week-end sera la réponse à la question citoyenne « Quels changements nous souhaitons voir survenir dans notre société dans les domaines de l’éducation, de la famille, du travail, de l’écologie ». Vaste sujet qui sera rencontré dans une co-création à mettre en place entre tous les participants y contribuant dans un esprit d’alliance créatrice.

L’objectif méthodologique de ces trois jours est alors de créer les conditions pour que les femmes et les hommes présents énoncent de nouvelles façons de vivre ensemble en combinant leur créativité au profit du bien commun sans se trouver dans des situations de rapport de forces. Autrement dit : en évitant que ce qui sera identifié et décidé ne le soit par la pression, la domination d’un groupe sur l’autre. Aucun participant ou groupe de participants n’imposera à quiconque une règle identifiée comme commune. Il s’agira donc de créer un état d’esprit partagé approprié à cette dynamique d’alliance créatrice.

Pour ce faire, le week-end sera organisé autour d’un pilier central : le processus du « Travail qui relie » qui va permettre la création d’un lien authentique entre les participants et leur mobilisation vers une action concrète, déterminée et claire. Afin de stimuler la co-créativité des participants dans la phase d’expression citoyenne, nous emploierons la technique de gestion collaborative « Forum Ouvert », outil performant d’intelligence collective. Enfin, conscients que nous intégrons davantage un nouvel état d’esprit quand notre corps est impliqué, nous proposerons des temps d’expression et d’intégration corporelle au travers de la danse en se basant sur les techniques développées par la Biodanza®.

Présentation du processus « Travail qui relie »

Le « Travail qui relie » (the Work That Reconnects, en anglais) est une méthodologie de travail en groupe développé depuis une quarantaine d’années par Joanna Macy, une voix fort respectée dans les mouvements pour la paix, la spiritualité, la justice sociale et  environnementale aux Etats-Unis. (www.joannamacy.net)

En tant que méthodologie, le « Travail qui relie » peut être utilisé dans de nombreux contextes. En suivant une dynamique en 4 étapes, il permettra aux participants d’expérimenter un véritable processus de transformation et d’exploration, autant intérieures que collectives, pour envisager des relations entre femmes et hommes qui soient basées sur la reconnaissance réciproque plutôt que sur des rapports de force et de domination.

La première étape est l’ancrage dans la gratitude. Par différents exercices (partage par 2 ou en petits groupes, lecture de textes, photo-langage, …), l’objectif sera d’entrer en contact avec la gratitude d’être femme ou homme aujourd’hui, et de vivre, partager, créer avec d’autres femmes ou hommes.  Pouvoir éprouver de l’émerveillement devant la richesse de nos particularités, devant la beauté de nos forces et de nos fragilités, devant toutes les qualités que les hommes et les femmes développent et portent dans le monde.

En s’appuyant sur la gratitude, comme une ressource qui permet un regard positif sur soi et sur les autres, la deuxième étape  abordera l’expression de nos peines et de nos blessures, en tant que femme ou homme aujourd’hui. Nous utiliserons un processus, appelé le « Mandala de la vérité ». Celui-ci a été créé en 1992, lors d’un atelier en Allemagne, réunissant des allemands de l’est et de l’ouest, quelques années après la chute du mur de Berlin. Se rendant compte que les participants ne parvenaient pas à surmonter leurs ressentiments, Joanna Macy et ses collaborateurs imaginèrent de permettre à chacun de « parler sa vérité » en s’appuyant sur des objets représentant les émotions de tristesse, de peur, de colère ou d’impuissance. Dans ce processus, peuvent être exprimées, entendues et  honorées autant les souffrances personnelles que les souffrances collectives. Le fait de pouvoir reconnaître ces émotions en soi, de les exprimer au sein d’un cercle bienveillant, et d’écouter la vérité de chacun, donne un puissant sentiment d’appartenance et de responsabilité, dans le sens d’être « able to respond », « capable de répondre ».

De manière presque naturelle, cette deuxième étape ouvre sur la troisième : regarder avec des yeux neufs, changer de cap. A travers différents exercices, apports théoriques sur le changement (analyse systémique) , cercles de paroles, mais aussi intégration corporelle par la danse, expressions créatives, outils d’intelligence collective, partages d’expériences sur l’engagement,  nous verrons comment l’expression de nos vérités aura permis de regarder l’autre de manière plus libre, dégagée des conditionnements et des stéréotypes. Il s’agit également d’expérimenter un sentiment d’identité plus vaste, de pouvoir se reconnaître dans l’autre, et de transformer notre vision du pouvoir : du « pouvoir sur..  » au « pouvoir avec … ».

La quatrième étape du week-end nous amènera à aller de l’avant, inspirés et portés par tout ce qui aura été découvert et expérimenté dans les trois premières étapes. C’est une étape de concrétisation qui sera mise en œuvre par un forum ouvert.

Présentation des processus d’intégration corporelle à base de la Biodanse

A plusieurs moments au cours du week-end, une intégration de l’expérience au niveau du corps sera proposée car un état d’esprit particulier ne se vit pas seulement dans la tête ou dans les mots mais aussi par et à travers le corps.

Pour ce faire nous nous baserons sur les techniques de Biodanza®. (Voir : http://biodanza-alliance.blogspot.be)

La Biodanza® est née en Amérique du Sud dans les années 60. Créée par Rolando Toro, professeur d’anthropologie médicale et de psychologie de l’art et de l’expression à l’université de Santiago du Chili.

 « Je me suis intéressé à créer un système pour stimuler la joie de vivre, pour améliorer l’intégration entre l’esprit et le corps et pour renforcer le lien entre les personnes. »

Rolando Toro

La biodanse propose un espace de liberté où chacun est convié à découvrir sa propre danse, sa propre identité. Elle favorise l’ouverture au lien, l’expressivité, la joie de vivre, le plaisir de sentir son corps en mouvement.

Présentation du processus « Forum ouvert »

Cet outil de dynamique de groupe fait partie des nombreuses nouvelles méthodes caractérisées aujourd’hui d’intelligence collective. Un site internet très complet le décrit : http://www.openspaceworld.org/ . Il a été employé dans le monde dans de nombreuses entreprises et organisations, et peut convenir pour des groupes allant de 20 à 2000 personnes. Il est particulièrement adapté pour répondre à une question d’une large ampleur et où tous les participants disposent de connaissances et d’expériences utiles pour contribuer à la réponse. Il favorise une forte co-créativité et une implication engagée des participants.

Le forum est animé par un ou deux facilitateurs dont la responsabilité est de définir le cadre et maintenir le rythme de la rencontre.

Principes importants :

  • Une question générale est posée à tous  (Ici : Quels changements nous souhaitons voir survenir dans notre société dans les domaines où nous vivons)
  • Ce sont les participants eux-mêmes, toujours des volontaires, qui vont annoncer les idées et les sujets sur lesquels ils proposent de chercher des solutions avec d’autres
  • De façon organisée matériellement par les facilitateurs, les participants vont alors rejoindre les groupes discutant des sujets qui les intéressent
  • Il existe une règle très importante annoncée dès le début : « quand je sens que je n’apporte plus rien au groupe dans lequel je suis ou que ce groupe ne m’apporte plus rien, je suis libre de le quitter ». Cela peut paraître rude mais dans l’expérience, cela assure que ceux qui sont autour d’une table sont vraiment ceux qui sont engagés et concernés par le sujet débattu. Cela stimule clairement la responsabilisation de chacun d’être là ou il choisit d’être pour contribuer à la co-créativité

Peu de règles générales, une liberté de choisir de s’exprimer, travail en petits groupes, invitation à la responsabilisation de chacun, équivalence des participants (pas d’identification formelle d’expert), voici des conditions qui vont favoriser clairement une co-créativité en alliance entre les femmes et les hommes présents.

Au terme de ce forum ouvert, nous avancerons des propositions concrètes pour transformer les relations entre les femmes et les hommes sur  un « chemin citoyen ».

Ressources humaines de l’équipe-projet

Afin de mettre en œuvre ces méthodologies et outils :

Pour le « Travail qui relie » : Helena Ter Ellen, Corinne Mommen et Gauthier Chapelle animent depuis plusieurs années des stages de ce type (voir www.terreveille.be)

Pour le « Forum ouvert » : Jean-Philippe Dor et Luc-André Defrenne proposent régulièrement de telles animations dans le cadre professionnel ou associatif

Pour les processus d’intégration corporelle : Martine Henkart et Pascal Cambier, professeurs de Biodanse depuis respectivement 15 et 7 ans